Sephora C’est devenu presque un rendez-vous. Il y a quinze jours, je m’attendais à regarder les images de la Saint Valentin, celles qu’affichent les marques de lingerie sur les abribus. Voir ce que le corps mis à nu dans les rues de février, sans cesser de fasciner par son incongruité, pouvait bien nous raconter de neuf. Ou bien, à réfléchir non plus à l’image, mais au fait de continuer à exposer, à répéter jusqu’à la l’hébétude ce même regard masqué de dentelle. Au lieu de quoi, je suis tombé sur les nouvelles images de Sephora. Non pas des corps nus, mais des masques ! De la beauté en action.