Rencontres… Les salons sont faits pour ça… Mais, sur un salon, il y a quelque chose de terrible a faire les allées, s’approcher des stands, espérer que quelque chose se produise : une surprise, une intelligence, une connivence… trop souvent un discours appris par cœur, un argumentaire commercial un peu creux dit par un regard qui a mal aux pieds… Errance sur moquette aiguilletée rose.

Alors, cette fois ci, je me suis laissé tout simplement guider par les bonnes fées… Risqué, mais tellement plaisant quand ça marche. La première rencontre, je la dois à Laurence Bacilieri de Cosmetic Ressources. Son talent hors pair d’éclaireur, son regard juste et la finesse de ses intuitions me réjouissent toujours. Elle me conseille d’aller voir la nouvelle marque Alorée sur l’espace Zoom.

Aloree

Il y a des savoirs et des travaux que sans doute la facilité de la chimie organique a fait oublier ou mettre de côté… Aujourd’hui que l’on cherche de nouveaux territoires de jeu, il peut être intéressant de promener un œil fureteur dans les archives… C’est ce qu’a fait Alexandra Croce en s’intéressant à la chlorophylle - ce pigment des plantes vertes capable d’absorber l’énergie solaire pour réaliser la photosynthèse - soit la transformation d’éléments minéraux en éléments organiques. Pas mal quand on est à la recherche d’un actif intéressant…

Et effectivement, on trouve quelques publications datant de la fin des années 40 sur les applications thérapeutiques de la chlorophylle en matière de cicatrisation et de propriétés antibactériennes. Des informations suffisamment prometteuses pour pousser l’investigation un peu plus loin…

Alexandra s’est appuyée sur l’expertise d’Oleos pour mettre au point un extrait stable de chlorophylle issu de jeunes pousses d’orge… Et des tests sont venus confirmer l’intuition… L’actif favorise la production d’ATP et permet d’oxygéner nos cellules.

Sur cette base, Alexandra a développé 8 soins visages selon les codes de la nouvelle cosmétique verte : formules bio, textures fines et élégantes, même dans les registres les plus riches ; parfums discrets mais réussis - on sort enfin des huiles essentielles! 8 soins quotidiens pour re-énergiser sa peau, la protéger et la purifier. Des gestes simples, précis, qui font du bien.

Il y a de la rigueur dans la création de ces produits…un soin pris à la qualité de la stratégie cellulaire comme au plaisir de l’expérience sensorielle… Une urbanité juste dans l’équilibre de l’argument scientifique et du naturel… Et quand cette rigueur flirte avec la fantaisie, c’est fait avec malice et intelligence… Comme la poudre de noyaux d’olive et les graines d’alfalfa que l’on achète séparément avec une coupelle et sa spatule pour les mélanger au Gel Nettoyant ou au Masque Eclat qui se transforment ainsi en scrub.

Alorée ? Le nom de la marque se décrypte en « à l’orée »… Comme au début de quelque chose, le commencement d’un nouvel espace…

Delphine Thierry

La deuxième rencontre, je la dois à l’heureuse envie de partager les enthousiasmes de Nathalie Loubat-Bouleuc, responsable du développement chez Stéarinerie Dubois. Séduite par le travail et l’esprit de Delphine Thierry, elle m’invite à venir faire sa connaissance sur le Beyond Beauty Lab.

Sandra Massonat, animatrice du Lab lui a demandé de travailler sur le parfum bio. Une gageure… Sortir de la simplicité très univoque et très littérale de ce qu’on trouve sur le marché… Parvenir a créer des arrangements subtils a partir d’une palette d’ingrédients considérablement réduite… De vraies constructions avec une tête, un cœur et un fond…

Et le résultat est très convaincant ; séduisant, avec une jolie collection de « pousses de styles » dont j’ai essayé deux propositions très fines que je regrette déjà de ne pas pouvoir trouver.

On aimerait pouvoir entrer plus souvent dans ce type d’échanges avec une personne qui vous fait découvrir de belles choses que l’on aurait envie de porter près de la peau… C’est qu’au fond, le parfum est une affaire très intime, et l’idée de porter un parfum rare, fait avec une attention très personnelle me va assez bien…

Et puis, il y a cet intérêt de Delphine pour la peau auquel je ne pouvais être que sensible… Dans son travail de parfumeur elle évoque aimer jouer avec les odeurs de peau - utiliser des notes animales comme une possible transition charnelle, une façon d’articuler les odeurs de peau à cette identité autre que compose un parfum… En allant sur son site, j’ai trouvé qu’elle propose des parfums sur mesure – des « créations spécialement ajustée à votre peau… » Savoir être à l’écoute de la peau pour ausculter la beauté d’une personnalité, cela témoigne sans aucun doute d’une sensibilité délicate.

Sa société s’appelle Inspiration Libre… Comme le nom d’un manifeste ou d’un mouvement poétique…

Cet échange me rappelle que la beauté a sa puissance effective… peut-être le pouvoir de transformer les choses… Et si d’aventure la banalité devait nous le faire oublier, il suffit de prendre les chemins de traverse et faire confiance aux bonnes fées…

Les liens

Alorée

Inspiration Libre