La marque est toute nouvelle. Crée par Maya Alleaume, Sentara procède d’une longue expérience de la peau – une expérience acquise dans les studios de prise de vue ou sur les défilés. Cette peau maquillée, retouchée, démaquillée, remaquillée, les mains de Maya ont appris à en prendre soin et à la protéger. Voilà un genre de savoir intuitif, né de la pratique et du don que les labos ignorent.

Il y a chez cette jeune créatrice, une passion sincère. Ses gestes expriment une expertise exigeante mêlée d’attention généreuse.

Alors, sans doute poussée par l’impérieuse logique de son art, Maya a imaginé et pris le temps de réaliser des soins sur mesure, des textures qui font du bien et rendent à la gestuelle toute son importance. J’adore cette texture épaisse et fondante, invitation au massage de la peau, à prendre le temps du soin – texture en laquelle la peau se love délicieusement et révèle une irrésistible douceur santalée.

Entre massage de peau et soins sensoriels, Maya Alleaume a voulu des produits capables de gainer, contenir, protéger… Les mots enveloppants parlent de soin seconde peau avec une délicatesse rarement rencontrée.

Sentara 1, premier opus de la marque, présente une courte ligne de 4 soins visages – la crème de tout temps, la crème réparatrice fleurs blanches, un sérum repulpant, un baume intense contour des lèvres. Chaque formule se découvre comme une merveille de précision, une invitation à redécouvrir l’essence du soin au-delà des sempiternelles constructions sur la science de la peau ou des plantes. Attention, de ce point de vue, le texte des brochures cède quelque peu aux conventions du genre et ne dit donc pas nécessairement tout ce qui rend la marque si précieuse. Ne pas s’y fier. La cohérence entre l’intention et les produits est forte. Et c’est très rare.

Découvrir le site web de Sentara