Frédérique Malle nous invite à entrer dans une parfumerie comme on entrerait dans une librairie, avec son classement par auteur. On parcours les titres, on discute avec une personne qui aime et qui sait...

Il y eut la boutique Iunx, rue de l'Université. Un lieu comme de lave noire et d'onyx. Un espace improbable, secret et mystérieux. Chaque parfum portait un numéro et un nom de formule aux accents magiques et quasi mystiques : eau argentine, eau baptiste, eau juste, eau blanche, eau interdite... Une écriture en apparence simple et naturelle, mais prodigieusement addictive, créatrice de contrées imaginaires.

J'ai trouvé les parfums Honoré des Prés chez L'herbe à Savon, une petite boutique de la rue d'Assas, dédiée au naturel et plutôt sincère. C'est agréable.

Premier essai, Nu Green.

Si le sur-emballage est amusant, le flacon, lui, est assez neutre. Je regrette un spray un peu mesquin pour des eaux dont on aimerait s'asperger plus généreusement. L'écriture est fraîche, verte donc, et malicieuse, un brin subtile peut-être. Nu Green fait merveille par ces chaudes matinées d'un été qui s'annonce caniculaire. Une jolie façon d'inventer le parfum vert, bien loin de l'ennuyeuse sphère aromatique habituelle des produits bio. Dommage que sa présence soit si évanescente. Furtive rencontre. Mais suffisante pour inspirer de nouvelles envies... de produits autrement.

A suivre...

Pour en savoir plus:

Honoré des Prés par Olivia Giacobetti: le parfum pousse à l'art